•   
  •   

Monde Crime de guerre : des prisonniers russes ont-ils été exécutés en Ukraine pendant leur reddition ?

01:50  24 novembre  2022
01:50  24 novembre  2022 Source:   liberation.fr

CARTE. Guerre en Ukraine : frappes sur Dnipro, nouvelles aides pour Kiev… Le point au 279e jour

  CARTE. Guerre en Ukraine : frappes sur Dnipro, nouvelles aides pour Kiev… Le point au 279e jour Plongée dans une grave crise énergétique provoquée par les attaques d’infrastructures stratégiques par la Russie, l’Ukraine continue d’appeler ses alliés occidentaux à livrer des armes et des générateurs, ce mardi 29 novembre 2022. Alors que l’Otan et le G7 se sont réunis, des aides américaines, françaises et allemandes ont été annoncées. Voici ce qu’il faut retenir de cette journée de guerre en Ukraine. © Infographie Ouest-France La situation en Ukraine au soir du mardi 29 novembre 2022. L’Ukraine est toujours plongée dans une grave crise énergétique, ce mardi 29 novembre 2022, au 279e jour de l’invasion russe en Ukraine.

Depuis une dizaine de jours, les images d’une reddition de soldats russes aux forces ukrainiennes qui aurait fini en tuerie ont été massivement partagées. © Capture d'écran Depuis une dizaine de jours, les images d’une reddition de soldats russes aux forces ukrainiennes qui aurait fini en tuerie ont été massivement partagées.

Depuis une dizaine de jours, les images d’une reddition de soldats russes aux forces ukrainiennes qui aurait fini en tuerie ont été massivement partagées et alimentent les interrogations sur un potentiel crime de guerre ukrainien. En cause : une douzaine de soldats russes sont morts après une capitulation aux circonstances troubles, où l’on peut voir l’un d’entre eux ouvrir le feu sur les hommes de Kyiv. Plusieurs vidéos, authentifiées par le New York Times et CheckNews, montrent les instants précédant le drame, puis les corps des prisonniers. Les autorités russes dénoncent une exécution sommaire et un crime de guerre, ce que les instances ukrainiennes démentent. Ces dernières sont allées jusqu’à ouvrir une enquête contre les forces russes en question pour violation du droit de la guerre.

Russian TV Pundit exhorte les soldats à tirer sur les prisonniers de guerre ukrainiens

 Russian TV Pundit exhorte les soldats à tirer sur les prisonniers de guerre ukrainiens Un invité de la télévision d'État russe a soulevé la perspective d'une unité militaire russe qui tire des prisonniers ukrainiens de guerre (prisonniers de guerre). © Bulent Kilic / AFP / Getty Images Les soldats ukrainiens conduisent un réservoir vers la ligne de front de Kherson sur le chemin de Kherson le 18 novembre 2022. Un invité à la télévision d'État russe a soulevé la perspective d'une unité militaire russe tirant des prisonniers de guerre ukrainiens.

Comme l’a relevé le New York Times, on peut retrouver 3 séquences de cette scène. CheckNews n’a pas été en mesure de trouver les sources primaires de ces séquences, mais les premières occurrences encore en ligne sont publiées les 12 et 13 novembre sur Telegram et Twitter. Dates auxquelles le village de Makiivka, où la scène a eu lieu, était justement en train d’être récupéré par les forces ukrainiennes, comme d’autres vidéos et déclarations officielles le montrent.

Une première vidéo (attention, des corps sont visibles dans cette séquence), vraisemblablement filmée au drone, montre les instants qui précédent la reddition des soldats russes, alors encore dans la cabane où ils sont abrités. Quatre soldats ukrainiens sont visibles à l’écran, et deux d’entre eux visent déjà le bâtiment d’où sortiront les hommes de Moscou. Deux corps, dont la couleur des uniformes indique que ce sont des militaires russes, sont également visibles.

Guerre en Ukraine. Coupures d'électricité massives, résolution de l’AIEA… Le point sur la nuit

  Guerre en Ukraine. Coupures d'électricité massives, résolution de l’AIEA… Le point sur la nuit Les bombardements russes répétitifs visent depuis octobre les infrastructures énergétiques de l’Ukraine, privant régulièrement de courant mais aussi d’eau des millions d’habitants. 10 millions d’Ukrainiens vivent sans électricité selon Volodymyr Zelensky, tandis que l’AIEA demande à Moscou d’épargner les centrales nucléaires. Retour sur les événements qui ont marqué la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 novembre 2022.Alors que l’Ukraine s’apprête à entrer dans son dixième mois de guerre, Volodymyr Zelensky a dénoncé, jeudi 17 novembre 2022, « une autre attaque terroriste russe ».

La deuxième vidéo (attention, des corps sont visibles dans cette séquence) est filmée au format vertical. CheckNews n’a pas été en mesure d’en trouver la source primaire, c’est-à-dire l’auteur de la séquence, mais il s’agit vraisemblablement d’un ensemble de séquences captées par un soldat ukrainien, qui montre à plusieurs reprises son visage. On le voit d’abord dans un champ avec un autre militaire, puis dans la cour de la bâtisse d’où commencent à sortir, un par un et les mains en l’air, les soldats russes. A ses côtés, on aperçoit au moins deux soldats ukrainiens, dont celui allongé au même endroit que sur les images de drone. Son fusil-mitrailleur toujours dirigé vers l’abri où sont encore terrés les hommes de Moscou. On entend une série de coups de feu, mais il est difficile de savoir qui tire, et où.

Cette séquence coupe, on voit déjà six soldats russes allongés par terre (dont seuls deux donnent des signes de vie visible, les autres ne bougent pas), quatre autres viennent les rejoindre tour à tour, visiblement sans arme et en levant les mains en l’air. C’est lorsque qu’un 11e soldat russe sort du bâtiment, armé, et ouvre le feu en direction des soldats ukrainiens. Le téléphone et l’appareil qui filme tombe, et la vidéo s’interrompt juste après le début des échanges de tirs.

Commentaire trompeur

La troisième séquence (attention, des corps sont visibles) est filmée au même endroit, avec ce qui semble être un drone. On voit les cadavres de 11 soldats russes, dont au moins 8 font partie de ceux qui étaient allongés, et visiblement désarmés au moment de l’échange de tirs (auxquels s’ajoutent les deux corps présents avant l’altercation, et le tireur). Difficile d’être précis étant donné la qualité et la distance, mais les blessures semblent indiquer des tirs dans la tête. Cette dernière vidéo est d’ailleurs la première a avoir été partagée massivement par différents comptes pro-ukrainiens, le plus souvent avec un commentaire trompeur indiquant que ces soldats seraient morts à cause de tirs d’artillerie. Elle d’ailleurs été incorporée dans une compilation de frappes, diffusées très officiellement par différentes unités ukrainiennes, et par la page officielle des troupes d’assaut aéroportées ukrainiennes (attention, images violentes), dont plusieurs unités ont participé à la reprise de Makiivka d’après des éléments rassemblés par CheckNews.

ENTRETIEN. L’Ukraine recense « de plus en plus » de crimes sexuels commis par des Russes

  ENTRETIEN. L’Ukraine recense « de plus en plus » de crimes sexuels commis par des Russes Dans un entretien accordé à « Ouest-France » et à notre partenaire allemand « Funke », Andriy Kostin, procureur général d’Ukraine depuis juillet 2022, dresse un bilan des enquêtes en cours sur les crimes de guerre commis au cours de la guerre que subit actuellement son pays. Ce sont désormais 9 000 personnes qui s’attellent à cette mission dans le pays. Andriy Kostin, le procureur général d’Ukraine, était, fin de novembre 2022, de passage à Berlin, notamment pour une réunion de coordination du G7. Il décrit les mécanismes de son travail pour répertorier les crimes de guerre.

Après sa médiatisation, la tuerie a rapidement été brandie comme un crime de guerre par la sphère informationnelle pro-Kremlin, des canaux Telegram aux relais de la propagande de Moscou. Nombre d’entre eux brandissent de façon contradictoire différents noms de soldats ukrainiens et d’unités qui seraient responsables, mais CheckNews n’a pas été en mesure de vérifier ces éléments. Du côté des canaux officiels du pouvoir russe, le ministère de la Défense a dénoncé un «crime de guerre» en affirmant que «personne ne pourra présenter le meurtre délibéré et méthodique de plus de 10 soldats russes qui étaient immobilisés […], avec des tirs directs dans la tête, comme une exception tragique». Mais l’attention portée à ces images ne se limite pas au camp russe. Interrogé par l’AFP, un porte-parole de l’ONU a déclaré : «Nous avons connaissance de ces vidéos et les examinons.»

«Les militaires russe ont eu recours à la perfidie»

Face à ces accusations, le porte-parole de l’armée ukrainienne a d’abord annoncé examiner la véracité des différentes séquences, avant de déclarer mercredi 23 novembre à CheckNews : «Récemment, dans le village de Makiivka, dans la région de Lougansk, des soldats russes, imitant une reddition aux militaires des Forces armées ukrainiennes, ont tiré sur des défenseurs ukrainiens. De telles actions sont interdites par le droit international humanitaire. Comme les militaires russes ont eu recours à la perfidie lors de la capture, nos soldats avaient le droit d’utiliser des armes pour se défendre.» Et de renvoyer à l’article 37 du protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux. Cet article interdit de feindre la reddition pour «tuer, blesser ou capturer un adversaire», ce qui serait ici le cas d’après les autorités ukrainiennes. L’armée ukrainienne n’a pas répondu à nos questions sur les unités impliquées, le bilan humain du côté ukrainien (certains prétendent qu’un soldat ukrainien aurait été tué ou blessé), ou encore le déroulé précis des faits. La justice ukrainienne également annoncé le 22 novembre l’ouverture d’une enquête visant les forces russes (et non les soldats ukrainiens) pour violation de ce même article.

Guerre en Ukraine : « Crimes de guerre » et impossible paix… La semaine en quatre infographies

  Guerre en Ukraine : « Crimes de guerre » et impossible paix… La semaine en quatre infographies « 20 Minutes » vous résume les enjeux et l’avancée du conflit entre Kiev et Moscou en infographies récap' - « 20 Minutes » vous résume les enjeux et l’avancée du conflit entre Bientôt dix mois après le début de la guerre en Ukraine, l’heure est à la recherche de la paix. Mais les discussions semblent dans l’impasse, l’Ukraine et la communauté internationale appelant au retrait des troupes russes, tandis que Vladimir Poutine reste inflexible sur les annexions de quatre territoires.

Dans ce cas juridiquement complexe, où la Russie accuse les forces ukrainiennes d’avoir exécuté des prisonniers (un crime de guerre), et où les forces ukrainiennes expliquent avoir riposté dans leur droit et accusent les soldats russes d’avoir violé le droit de la guerre en feignant se constituer prisonnier (un autre crime de guerre), le déroulé exact des faits est primordial pour savoir ce qu’il s’est passé. De fait, au moins un homme de Moscou semble s’être livré à la «perfidie», à savoir le tireur, mais les circonstances dans lesquels les autres soldats russes ont été tués demeurent floues. La principale interrogation est de savoir si ces soldats ont été tués dans la fusillade, ou exécutés sommairement après coup, ce qui serait un crime de guerre, mais aucune image permettant d’éclaircir le déroulé des faits n’a été diffusé, malgré la présence d’un drone dans la zone juste avant la tuerie.

Depuis le début de la guerre, de nombreux cas de torture et d’exécutions de prisonniers de guerre par les deux camps ont été recensés. CheckNews et d’autres rédactions comme le Guardian ou le New York Times ont déjà enquêté sur plusieurs allégations concernant l’Ukraine et la Russie. L’ONU a d’ailleurs publié un rapport cette semaine soulignant des cas de maltraitance et de torture généralisée des prisonniers ukrainiennes par les forces russes, ainsi que des cas similaires perpétrés par les forces ukrainiennes.

L'Ukraine dément avoir exécuté des prisonniers russes .
L'Ukraine assure que les Russes tués n'étaient pas des prisonniers de guerre. La Russie dénonce de son côté un « crime de guerre ».Les soldats russes tués dans cet incident « ne peuvent donc pas être considérés comme des prisonniers de guerre », a-t-il ajouté sur Telegram. « Ceux qui veulent utiliser la protection de la législation internationale pour tuer doivent être punis ».

usr: 5
C'est intéressant!